Le courage d’être toi

Tu viens de me raconter ton histoire d’amour qui est sur le point de tomber en morceaux et cela me brise le cœur de te savoir aussi triste mon amie.

Hier, tu as rédigé un court message pour dire à celui que tu aimes (tu ne peux pas ignorer que tu l’aimes toujours) que tu ne voulais pas d’une union libertine, mais d’une relation stable et que tu ne poursuivrais pas ta route avec lui s’il s’attendait à ce que vous soyez un couple ouvert. Pour ça, je te félicite ma belle parce que tu t’es choisie, tu as dicté ta limite. Tu n’as rien fait de mal.

Voici qu’aujourd’hui, il dit «t’aimer plus fort que tu ne le sauras jamais » et puisqu’il t’aime, il ne veut pas que tu souffres, mais il préfère vivre « sa vie » de manière libre. Tu es brisée et je ne connais pas de fille humainement capable de vivre le couple ouvert, du moins, je n’en ai jamais rencontré une jusqu’ici. Tu mérites mieux que de vivre contre tes valeurs, tu es intègre et tu as préféré le lui dire. Malgré toute ta peine, tu as fait le bon choix pour toi.

Même s’il te faudra brailler, avoir du courage, vider encore et encore des boites de mouchoirs, boire du vin mais pas trop… enfin des fois, manger du chocolat en enragée ou jeûner parce que t’arrives pas à te mettre quoi que ce soit dans la bouche… tu vas te relever. Tu seras fragile oui, mais tu vas te sortir de là même si ton cœur est amoché.

Il y a dans ton karma de la joie, tu l’as toujours trouvée…même dans tes moments les plus dramatiques… tu es toujours capable d’en ressortir joyeuse… tu ris fort, tu blagues, tu cries, tu es intense, tu as un cœur d’or et de l’amour à donner à la tonne. Tu mérites aussi d’être aimée à ta juste valeur ma belle amie.

Tes amis sont là pour toi, au bout des doigts, dans tes oreilles et en ce moment, ils te serrent tous dans leurs bras, à commencer par moi. Je t’aime et je serai là si tu en as besoin! xxx

Maman

Ma lumière percera les nuages et viendra poindre à ta fenêtre chaque matin

Je te soufflerai les parfums des fleurs et les arômes du café

Tu feras des pas en avant et plusieurs en arrière et je te guiderai jusqu’à la fin

Je ne te quitterai pas que tu marches dans l’aube ou dans l’ombre

Je serai le vent qui caresse ton visage et je parcourrai doucement ta main

Il n’y aura pas que des jours gris mais la peine n’en sera pas moins sombre

Tu es mon cœur et sache que je garde le tien

Nul ne peut ignorer à quel point une mère peut aimer son enfant

Aux petits anges

Vous qui avez transpercé mon cœur et fendu mon âme, même si je ne vous ai pas connu, je vous ai porté durant ces derniers jours comme si vous aviez toujours fait partie de ma vie. Je n’aurai jamais les mots pour décrire mes émotions en apprenant que vos vies vous avaient été dérobées, j’ose à peine imaginer la peine et l’infini douleur de vos proches et surtout celle de votre maman. Veillez sur elle car elle en aura besoin tout au long de ce pénible chemin à parcourir.

« De l’autre côté des tombeaux, les yeux qu’on ferme voient encore »

René-François Sully Prudhomme Les Yeux

The Story of Now

When I think about the story I wrote back in my old days only a few things differ from what we’re all going through right now. When attempting writing stories which I am still doing now, there was that story I had projected in the year 2126.

Machines had long before, somewhere in the 2000, taken control over human kind. The very few people who had survived were living hidden and underground. None of them had names. They had to keep a distance among themselves so they wouldn’t get emotionally involved with one another. That would ensure population not growing too big. Each of them had a serial number instead of a name. My protagonist was a young male doctor whose sidekick was a young girl. Since she wasn’t afraid to go against the rules, she sometimes had to go back up to the surface to get vital supplies. That was the only way for them to survive and heal patients given the limited resources available underground.

Sometimes, I feel things so deep within my heart and soul that I scare myself.

L’imprévisible

De tous les scénarios apocalyptiques allant d’événements dignes de la science-fiction qui se passe parfois dans ma tête, en passant par les guerres entre pays pour les ressources et la pollution causant notre extinction à tous, je vous avoue que je tremble un peu en pensant à ce qui se passe réellement dans le monde en ce moment…

Je l’ai bien entendu tous les jours comme vous à la radio et à la télévision. Sur les réseaux sociaux, je n’en suis qu’à mes débuts mais si je me fie à l’ensemble des jokes plates et/ou commentaires peu édifiants que je lis, cela devait déjà se jaser en janvier alors que le virus s’attaquait à plusieurs gens en Chine. Ce qui m’a fait drôle cette semaine, c’est que je l’ai senti que quelque chose allait arriver. Déjà, plusieurs collègues avaient voyagé durant la relâche et je me disais sans leur en vouloir pour autant, qu’ils auraient mieux faits d’être en quarantaine.

Durant le moins productif après-midi libre de ma semaine, j’ai voulu rester à l’école pour corriger…dans la salle des profs, quel mauvais choix! Nous avions reçu un courriel au dîner suite à l’annonce de pandémie du Covid-19 la veille. Nous attendions des directives pour ceux ceux qui avaient voyagé,élèves comme membres du personnel et en fait, on voulait savoir ce qui adviendrait de nous tous. Au milieu des spéculations et en sachant que des écoles privées avaient déjà annoncé leur fermeture, je me suis entendue dire à voix haute : « Ils ne seront jamais capables de gérer ça… » Ma collègue d’univers social m’a répondue : « Tu penses? »

« Told you so… » quand la CS a envoyé le courriel aux parents et à tout le personnel… mais c’est le lendemain, ce vendredi 13 comme un film de thriller psychologique que les autorités gouvernementales ont mis cartes sur table: fermeture de tous les établissements scolaires de la maternelle à l’université.

On est lundi, jour 4 du confinement volontaire même si on n’a pas voyagé, et pour être bien honnête… j’aime pas ce que je lis ou entends. Ce que je vois c’est aussi trop de jugements sur ce qui n’a pas été fait et ce qui doit être fait… la vérité c’est que le monde l’a échappé. Si ça se propage c’est autant autant en raison du génie humain qui a créé l’aviation permettant les voyages à l’étranger qu’à cause de l’ignorance de notre espèce. Personne n’est infaillible… « Ben là, moi je l’aurai pas! » Ben, c’est parce que toi, tu vas peut-être juste le passer à d’autres qui sont vulnérables puis eux ne s’en sortiront pas! Sais-tu quoi, prends-ta face de confiné en photo aujourd’hui, puis refais une photo dans 3 semaines… on s’en reparlera! Quand t’auras perdu du monde que tu aimes, j’espère que tu vas feeler tout croche et te rappeler toutes les niaiseries et les risques que tu as pris. Conclusion: reste chez-vous!

Loving you…

Unconditionally, that’s how much I love you little boy. Even before you came I knew for sure I wanted to be a mom once more. Dad thought I should be a mom again and so we decided to go for it,why not? What could possibly go wrong? With the decision of having a baby most of the time the journey will be full of surprises but not all surprises are good. You came with a severe condition that no pregnancy test could predict: autism. So much questions I had had through your birth and all those sleepless days and nights you had. Also I was wondering why you couldn’t be around people, you didn’t feel good in a crowd at all. You cried more and louder than other babies. You wouldn’t drink milk formula unless I thickened it and you were always so sick. The hypothesis of autism kind of answered all my questions but it changed a lot of things for us.

I had to talk it over with your dad, he too got answers to why you were slower and behind on a lot of the normal kid steps. He asked me if I thought the doctor I saw was right and I said I thought she was…sadly.

Then, there were all the people we had to give the news to. Some of them were not ready for such sad news, some of them just couldn’t and still can’t understand your condition today. We often have to repeat, reinstate and explain…Sometimes it’s exhausting. And even though we love you and care for your well-being, there’s still fake empathy around us. Yes, there are people who don’t actually care although they try to act otherwise, they think we don’t see it that’s the worst part.

But loving you is stronger than I thought and somehow, dad and I radiate because of you and your sisters’ existence. Having a kid with severe autism has not destroyed us, it has brought us all together. Loving you is not a sin, loving you means you’re part of the family.

To the little guy who rocks my world, mom loves you from head to toe xxx

Family tattoo on my left ankle

Connection

When I left the canoe dock that day, I wished I had stayed… it was my last youth trip and it was time to go for my final teacher training.

One piece at a time. So I did my training after Moraine and I was already teaching the following spring. I went from total freedom out West to totally work focused once back home.

This year, I realized that although our family life is pretty complex, I had vanished purposely. Meeting Dan was a magical experience in my life and so was it when I became a step-mom. Our relationship got me moving closer to Montreal at the same period my father passed. I stayed around my mom to help with all the papers and phone calls, but I left my hometown and followed my heart (to those who could not believe I’d never leave my hometown, know that I would never trade that part of my life for anything.)

My life in Quebec City sort of ended there except for family and 1 close friend. I had other friends, I swear…my best ones were my cousins so they’ll always be there.

In the past weeks I have reconnected with both friends and colleagues I hung out with and I know that they know why I had to stay away from social networks. Some things in life take time to heal…maybe too much time when it comes to me. I do hope you all forgive me for I am truly very sorry.

To my soulmates, to my cousins, to my unique and strong « roomie from Moraine » sharing the bunk bed with you was just pure fun, to my « 5 à 7 » girlfriends down at old Liquor Store ( R.I.P. What a blast we had there!!!),to my hairdressing attempts with you girls in my apartment kitchen, to my partner in crime (back in the old days) when I needed a drag during a school day… you were never forgotten. I just needed to go away.

I was never sick, never got in trouble but it’s true, I never stayed in touch. When I found Dan and his daughter, I was grieving my own dad. Soon after, I went through losing a child, to finally having my own princess: Lilly. For the spelling, please ask Dan…I got the choice of name and he…made sure our daughter would have to spell her name ALL THE TIME!

And if now I am scared…but I am all the time no worries! What if I’d never got to say personal stuff to people I’ve always cared about?

I don’t want that. So, if I reached out to hear from you, that’s only because you mean to me.

The once suspiciously too happy girl

L xxx

Ta naissance

Pour ma puce qui grandit trop vite.

Je ne pourrai peut-être pas te la raconter toute ta vie mais ainsi je sais que tu pourras la conserver écrite dans mes mots. Je l’espère fidèle à la version que je t’ai racontée tant de fois avant le dodo. Je t’aime de la tête aux pieds.

C’est le 21 janvier 2010 que papa et moi sommes partis pour l’hôpital. Juste avant, nous avons déposé ta grande sœur chez papi et mamie. J’avais peur et je ne savais pas à quoi m’attendre.

On nous a installé dans une chambre au bout d’un corridor puis le médecin est venu nous voir pour m’administrer le médicament qui allait déclencher mon accouchement. Imagine-toi donc que tu ne voulais pas sortir en plus!

J’ai eu une dure journée ce 22 janvier, mais je t’assure que j’avais déjà oublié la douleur et l’infirmière désagréable quand je t’ai vu la binette. Ton papa a pleuré parce que ça avait été difficile pour moi. Il était soulagé et heureux de te voir enfin.

Nous avons eu beaucoup de visite mais tes premiers visiteurs ont été papi et mamie ainsi que ta grande sœur qui voulaient faire ta connaissance. Ce soir là, nous t’avons lavé et mise toute belle pour le lendemain et j’avais exactement le même souhait et tu ne seras pas surprise d’apprendre que je me suis pomponnée avant que toute la parenté s’amène à l’hôpital le lendemain matin.

Tante Mireille, Martin et Delphine sont venus tôt ce samedi là.  Puis, plusieurs de nos amis voulaient te rencontrer:  Mike, Kathleen, François, Steven, Isabelle, étc..  Moi, j’attendais avec beaucoup d’impatience la venue de ton parrain et de ta grand-maman.

Parrain est venu avec tante Johanne et Simon.  Quand il t’a prise dans ses bras, il était si ému.  Il pleurait et n’arrivait plus à parler (ce qui est très rare).  Tante Johanne et Simon t’ont aussi cajolé et filmé.  Tu te rappelles, c’est eux qui ont fait la magnifique vidéo que nous avons souvent regardé pour te raconter ta première journée de vie.

Puis, enfin grand-maman, Dominique et Aimie sont arrivées.  Je n’oublierai jamais la lumière dans les yeux de ma maman quand elle te regardait si tendrement et qu’elle t’observait dans les moindres détails.  Elle t’a bercé très longuement durant  la première semaine de ta vie.  Elle a aussi pris des milliers de clichés de toi dans toutes les positions et ce en plusieurs exemplaires. Tu lui a rempli le cœur et pour cela je t’en remercie mon trésor.

S’il y a une chose sur laquelle nous nous sommes toujours tous entendus, c’est que tu es une petite fille merveilleuse depuis le jour 1 de ta vie.  Je ne me passerais pas de ton esprit et même si tu es parfois étourdissante avec tes questions, tu es et sera toujours la plus belle chose que j’ai jamais faite. Tu me fais encore rire comme avant hier en sachant qu’il ferait très froid samedi et qu’on allait rester en dedans, tu m’a regardé et tu m’as dit: « Moi j’aime ça les samedis cozy, on reste en pyjama toute la journée! » Je t’adore et suis si fière de toi.

Et comme le dit si bien ton premier livre préféré: « Je t’aime de la tête au pieds,  aujourd’hui et pour toujours mon bébé. »

ta maman qui t’aime xxx

Un vrai petit ange…avec des cornes!

What if

« V »

It reminds me of that show with aliens, human on the outside and ugly creatures on the inside. Yes, you have left that great feeling behind as you walked out of my life.

You don’t get to decide the mark you leave into people’s lives. Among all of the things you did, you have scared my soul deeper than anyone else. I hope it helped you rise above the crowd the way you like to do.

You rolled into my life and for the first months I saw nothing wrong. We met each other’s friends and relatives, the usual stuff couples get to do.

We were inseparable and so after 6 months we thought the next summer we could move into our own place. You liked to train a lot and I like aerobic but I tried following your lead so we’d share something.

No matter what I did,you made me feel it wasn’t enough. I could feel it in your family as well, you were much like your mother was. It was your way. No wonder my parents did not like you.

You were always freaking about what I’d wear and that pissed me off. You hung out with guys you considered bright but they were real morons. Your own ego had taken huge proportions and so our time together ended. You lied many times, enough that I wouldn’t trust you anymore. And you cheated on me. So, I packed my boxes and while looking for a new place, I crashed (sank) down at my parents’ place.

There was nothing I have ever wanted to tell you after I had left except that you were a selfish prick. The day I came for my stuff, I took everything, it all belonged to me anyway. I even disconnected the kitchen lighting just to annoy you as you two lovebirds would want to turn the lights on that day. I only had to lock the door and leave the key on the table before leaving.

I was really about to do just that, but something pushed me to turn around and enter the bathroom. Two toothbrushes,sweet! I took them both…dipped them into the toilet and wiped the excess of water and put them back where they belonged.

It took me years to like myself after you but when I look at my life today, there is not one part of that I miss. I found someone who was simply above all my expectations. He makes all shine and he is worthy of all my love and kindness.